Sortir de l’idéologie et promouvoir une véritable formation des enseignants
13 décembre 2009

Le ministère de l’Education Nationale vient de confirmer que le nombre de postes de professeurs des écoles pour le concours s’élève à 7000 en 2010. Comment imaginer que ces étudiants qui vont réussir le concours de recrutement en juin seront responsables d’une classe à l’année en septembre 2010 sans avoir pour certains effectué de stages en responsabilité dans une classe ? C’est pourtant ce que le ministère a prévu en refusant de maintenir l’année de PE2 à l’IUFM comme le demande le SNUipp. C’est la conséquence de l’abandon de la formation en alternance entre l’ IUFM et les stages en écoles.

L’actuel projet de réforme fait le choix d’une formation axée sur les savoirs d’une discipline et attribue une portion congrue à toute formation pédagogique ou professionnelle. La polyvalence, qui fait la spécificité du métier d’enseignant du primaire, est niée.

Pour le SNUipp, travailler à la réussite de tous les élèves nécessite une élévation du niveau de formation et de qualification des enseignants au niveau du master. Elle doit s’appuyer sur une véritable formation professionnelle, un contenu des épreuves du concours qui intègre dimensions disciplinaire, pédagogique et professionnelle et la création d’une offre de masters correspondant au métier de professeur des écoles. Le contraire de l’actuel projet. D’où l’urgence à gagner ensemble un retrait des décrets et l’ouverture de véritables discussions.

Le SNUipp s’adresse solennellement au ministre de l’Education Nationale pour lui demander de sortir de l’idéologie en matière de formation et d’engager des négociations sur une toute autre réforme de la formation et du recrutement des enseignants.

Il appelle l’ensemble des enseignants des écoles à participer aux initiatives multiples menées le 15 décembre pour lesquelles il a déposé un préavis de grève.

Paris, le 13 décembre 2009