DOSSIER : "EPS, la remise en jeu"
Ainsi font les maternelles
14 octobre 2010

La maternelle fonde l’ensemble des apprentissages scolaires dans des acquisitions sensorielles et symboliques, ce qui donne une importance toute particulière à la construction du répertoire moteur. Cette approche renvoie à une éducation plus physique et motrice que sportive. Elle place le corps de l’enfant au centre des apprentissages.

A l’inverse une éducation plus sportive vise l’acquisition de techniques. Mais en maternelle, ces deux conceptions sont entremêlées. La programmation des activités en EPS ne peut se faire sans prendre en compte une connaissance du développement de l’enfant et de ses processus d’apprentissage qui diffèrent énormément entre 2 et 6 ans. Toute la difficulté réside dans l’identification des contenus d’apprentissage, en particulier parce que les programmes n’en explicitent aucun. Mettre les élèves « en activités libres ou guidées, dans des milieux variés »ne suffit pas. L’apprentissage s’inscrit dans une démarche active et une pratique répétée et prolongée, qui évolue au fur et à mesure des acquisitions motrices. C’est donc par une programmation ordonnée des activités, tout au long de la scolarité maternelle, que se fait une véritable éducation physique et sportive.